Reprise du vote à Matoto : un autre rendez-vous raté par rapport à la décentralisation

0

«C’est un autre rendez-vous qui est raté par rapport à la décentralisation et par rapport au développement dans notre pays». Ces propos sont de Dr Alpha Abdoulaye Diallo, vice président du CNOSC, conseil national des organisations de la société civile à la suite de la reprise de l’élection du maire de Matoto.

Selon le vice président du CNOSC, l’atmosphère qui se dessine à Matoto ne créée pas les conditions nécessaires pour un développement du pays. Il accuse le département de l’administration du territoire et de la décentralisation. « Je penses que le ministère de l’administration du territoire a manqué son devoirs d’assurer toute la responsabilité tout au long de ce processus pour éviter justement cette cacophonie. A partir du moment où l’Etat se met en avant-gardiste mais aussi, en terme d’anticipation et que toutes les mesures avaient été prises en compte depuis la première élection, on n’allait pas arriver à cette reprise » affirme le vice président de conseil national des organisations de la société civile guinéenne.

Dr Alpha Abdoulaye Diallo poursuit en soutenant que cette reprise de l’élection à Matoto est tout sauf une élection. Il se justifie. « Ça crée même un sentiment de désamour de ces citoyens vis-à-vis de l’élection de manière globale, parce que quelque soit le vote des citoyens, on voit que des individus sont capable de s’assoir dans des bureaux et de manipuler les résultats, de manipuler l’opinion et de tourner les choses à leur avantage» ajoute t-il.

Plus d’une année après l’organisation des élections communales, les conseillers ne sont pas totalement installés. Le vice président du CNOSC estime que c’est un recul démocratique.

Il conclu en disant aussi qu’on ne peut pas parler de développement quand il n’ya pas de confiance entre les élus et entre les citoyens et les élus.

Mamadou Mouctar Sylla, guineezenith.com

LEAVE A REPLY