Égalité homme-femme : Pourquoi se leurre-t-on ?

0

La lutte pour l’égalité des êtres humains en droits et en devoirs est un combat noble, difficile et de longue haleine. Celle concernant l’égalité homme-femme est encore plus difficile en raison des perceptions socioculturelles, des considérations historiques et religieuses par endroit.

Mais, tout le monde en est conscient, << l’éducation de qualité pour tous >> est indubitablement un facteur libérateur et salvateur.

Mais, où en est-on ?

Selon Plan International, 860 millions de personnes 500 millions de femmes sont illettrées dans le monde en 2017.

En Guinée, le taux d’alphabétisation est de 32% (2014); 43% pour les hommes contre 22% pour les femmes.
Pire encore, le taux d’achèvement du primaire (2015-2016) est de 59,4% dont 49,5% pour les filles ; au niveau secondaire, ce taux est de 29,5% dont 22,3% pour les filles.

L’analphabétisme chronique, alarmant et désarmant est, sans nulle doute, un obstacle en béton armé contre l’émancipation des femmes.

La déscolarisation précoce et/ou forcée de la petite fille en est également un autre.

Pour la petite histoire, à l’école primaire de N’Dindo (Mamou), aucune des filles des promotions de 1990 et 1992 (la mienne) n’a pu atteindre l’université à ma connaissance.
Mes camarades de classe (les filles), ont dans leur grande majorité été victimes de mariage précoce, d’abandon scolaire voulu par leurs parents afin de s’occuper des travaux ménagers, des enfants ou de leurs époux qui, parfois, ont l’âge de leurs pères ou de leurs grands-pères. Jusque là, je ne connais aucune fille de N’Dindo qui a réussi d’achever ses études.

Comment peut-on concrétiser l’égalité homme-femme si les jeunes filles sont sacrifiées au profit des jeunes garçons, victimes d’une déscolarisation injuste ou non scolarisées ?

L’émancipation des femmes passera incontestablement par <<l’éducation de qualité pour tous >>.
Une femme instruite est à moitié émancipée, l’égalité n’est que l’expression ou le résultat d’un combat socio-politique et économico-culturel.

Comme l’a dit Simone De Beauvoir <<on ne naît pas femme, on le devient. >>

Aboubacar Mandela CAMARA
Sociologue /Enseignant-Chercheur /Consultant en éducation /Activiste, Promoteur et Défenseur du droit à l’éducation

 

LEAVE A REPLY