EDUCATION : Mory Sangaré dans le viseur du SLECG

0

Une nouvelle crise est déclenchée au sein du système éducatif guinéen depuis ce mercredi 10 avril 2019. Le mot d’ordre de grève lancé par le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée a été respecté par endroit à Conakry. Ces syndicats fustigent ce qu’ils appellent le non-respect du protocole d’accord.

Chez nos confrères d’Espace FM, le secrétaire général du SLECG donne des conditions avant de lever le mot d’ordre de grève. « Le mot d’ordre sera levé avec les conditions suivantes : d’abord la commission qui a été mise en place et qui avait commencé  l’assainissement continue le même assainissement au niveau de l’enseignement supérieur. Secondo, qu’il prenne un arrêté en rétablissant nos collègues camarades à leurs postes initiaux conformément au protocole d’accord. Enfin, la liberté syndicale que nos bureaux fonctionnent au niveau de toutes les institutions, puisqu’ils existent » déclare Aboubacar Soumah secrétaire général du SLECG.

Par rapport à la menace du ministre de l’éducation à l’encontre des enseignants grévistes, le secrétaire général estime que cela n’est qu’un simple coup d’épée dans l’eau. Il met d’ailleurs en garde le ministre Mory Sangaré.

« Il prend des décisions de façon d’humeur, mais pour nous cette décision ne nous effraye pas et n’a aucune influence sur nous enseignants. Donc, la prochaine fois nous allons demander son départ » a-t-il conclut.

A moins de deux mois des examens nationaux en Guinée, le système éducatif se voit à nouveau plonger dans une nouvelle crise, qui risque de freiner l’évolution des cours dans les écoles.

Merveilleinfos.com et fatala-infos.net

 

LEAVE A REPLY